Javascript must be enabled in your browser to use this page.
Please enable Javascript under your Tools menu in your browser.
Once javascript is enabled Click here to go back to The Home of Joomla
Un peuple-Un But-Une Foi
Pour tout renseignement sur le virus EBOLA, appeler les numéros verts suivants: 80 00 88 88 (Malitel) ou 80 00 77 77 (Orange Mali).
15 - 11 - 2018
MINISTERE
Présentation
Organigramme
Services généraux
Documents politiques
Documents standards
Les Ministères du Mali
ACTUALITES
Ateliers
Discours
Actu Santé
Séminaires
Communiqués
Offres d’emploi
Rapports d'activité
Inscription
ANNUAIRES
Carte Sanitaire
Annuaire structures
Annuaires statistiques
LEGISLATION
Introduction
Index textes
Textes généraux
Services centraux
Services rattachés
Services régionaux
Services personnalisés
Liens utiles
 
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
 
Lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique réaffirme l’engagement du gouvernement contre ce fléau PDF Imprimer Envoyer

Au Mali comme dans beaucoup d’autres pays en développement, la mortalité maternelle, néonatale et infantile est un sujet de préoccupation majeure. Dans notre pays, les pouvoirs publics donnent l’assaut contre ce problème de santé publique. Lors du lancement de la Campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle néonatale en Afrique, « Carmma », le samedi 21 décembre, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Ousmane Koné a rappelé la nécessité d’intensifier ce combat.

C’était en présence du représentant de l’UNFPA (Fonds des Nations pour les populations), M. Makane Kane.

 

Comme pour dire que la mortalité maternelle et néonatale est une affaire de tous, le représentant de la mairie de la Commune III et le président de la FENASCOM, Yaya Zan Konaré ont tous plaidé pour un sursaut collectif contre la mortalité maternelle et néonatale.

Le représentant résidant de l’UNFPA au Mali, Makane Kane, a présenté des chiffres qui attestent la régression du phénomène. Selon lui, 287 000 femmes meurent chaque année des suites de grossesse et de complications liées à l’accouchement dont la moitié de ces cas de décès se produit en Afrique. Pour lui, dans les pays développés, une femme sur 4000, meurt de ces complications tandis qu’en Afrique, ce constat est d’une femme sur 39. Ce qui veut dire que des efforts restent encore à faire pour atteindre un objectif encourageant d’ici à 2015, date d’évaluation du parcours.

Le Professeur Amadou Dolo, Médecin Gynécologue au CHU Gabriel Touré, a présenté une diapositive à travers laquelle il a appelé les acteurs à persévérer dans le sens des actions engagées avant de prodiguer des conseils sanitaires à la population pour une prise en charge efficace par les structures de santé.

Présidant cette cérémonie de lancement, le ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, Ousmane Koné, a reconnu la nécessité d’intensifier les actions contre la mortalité maternelle et néonatale. Il a surtout donné l’assurance que le gouvernement jouera toute sa partition dans ce sens.

 

Mise à jour le Jeudi, 26 Décembre 2013 14:39
 
Dernière mise à jour, le Mardi 18 Novembre 2014 à 11:50
Ministère de la Santé à travers l'ANTIM, Lauréat de TIGA 2009
 
canakkale canakkale canakkale truva search canakkale vergi mevzuati bagimsiz denetim bagimsiz denetim web security ozurluler bilisim teknoloji sgk bagimsiz denetim bagimsiz denetim