Javascript must be enabled in your browser to use this page.
Please enable Javascript under your Tools menu in your browser.
Once javascript is enabled Click here to go back to The Home of Joomla
Un peuple-Un But-Une Foi
Pour tout renseignement sur le virus EBOLA, appeler les numéros verts suivants: 80 00 88 88 (Malitel) ou 80 00 77 77 (Orange Mali).
21 - 06 - 2018
MINISTERE
Présentation
Organigramme
Services généraux
Documents politiques
Documents standards
Les Ministères du Mali
ACTUALITES
Ateliers
Discours
Actu Santé
Séminaires
Communiqués
Offres d’emploi
Rapports d'activité
Inscription
ANNUAIRES
Carte Sanitaire
Annuaire structures
Annuaires statistiques
LEGISLATION
Introduction
Index textes
Textes généraux
Services centraux
Services rattachés
Services régionaux
Services personnalisés
Liens utiles
 
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
 
CENTRE NATIONNAL D'APPUI A LA LUTTE CONTRE LA MALADIE PDF Imprimer Envoyer

La structure s'occupe de la formation médicale continue, la promotion de la recherche sur les maladies endémo-épidémiques, le maintien des acquis en matière de recherche de formation et de lutte contre la lèpre, le paludisme, la tuberculose, le VIH/sida, l'onchocercose, la trypanosomiase et d'autres pathologies apparentées.
Le Centre national d'appui à la lutte contre la maladie (CNAM) est un Etablissement public à caractère scientifique et technologique (EPST). Créé en 2001, le CNAM est né de la restructuration de l'Institut Marchoux. Il œuvre dans le domaine  de la formation et de la recherche en dermatologie et en léprologie. Le CNAM compte six unités : une unité de léprologie, une unité de dermatologie, une unité de biologie, une unité de réhabilitation et une unité de chirurgie.


Le directeur du centre, professeur Abdel Kader Traoré, explique que le CNAM a pour missions la formation médicale continue, la promotion de la recherche sur les maladies endémo-épidémiques, le maintien des acquis en matière de recherche de formation et de lutte contre la lèpre, le paludisme, la tuberculose, le VIH/sida, l'onchocercose
la trypanosomiase et d'autres pathologies apparentées.


Construit en 1934 le service prophylactique de la lèpre fut inauguré le 31 janvier 1935 sous l’appellation de l’Institut central de la lèpre de l’Afrique occidentale française et baptisé en 1945 Institut Marchoux en hommage au célèbre médecin bactériologiste français Emile Marchoux. A partir de 1962, il devient un Institut de recherche de l’Organisation de coordination et de coopération pour la lutte contre les grandes endémies (OCCGE). En 1978, il acquit une stature internationale en devenant centre collaborateur de l’Organisation   mondiale de la santé (OMS ) dans le cadre de  la mise au point de la  polychimiothérapie  anti-lépreuse. L’application des décisions de la 42ème session du conseil d’administration de l’OCCGE a conduit à la scission de l’Institut en deux entités distinctes  à savoir l’Observatoire de la lèpre en Afrique (OLA) à vocation sous-régionale et l’hôpital Marchoux rétrocédé au Mali le 13 mars 1998. La création de l’Organisation ouest africaine de santé (WAHO) par la fusion de la West African Health Community (WAHC) et l’OCCGE a eu pour conséquence la rétrocession des centres et instituts aux pays d’implantation en décembre 2000.
L’atelier de consensus tenu les 4 et 5 octobre 1999 dans le cadre du processus de rétrocession de l’OLA, préconisa  la mise en place d’un pool unique de la lutte contre la lèpre regroupant l’OLA, l’hôpital Marchoux et le Programme national de lutte contre la lèpre.


La mise en œuvre de cette recommandation débouchera sur  la création par l’ordonnance n° 08/PRM du 10 février 2000 du Centre national de lutte contre la lèpre. Cependant, en  raison de l’horizon très rapproché pour l’objectif d’élimination de la lèpre (2003) et des réformes engagées dans le cadre du Programme de développement sanitaire et social (PRODESS) principalement la réforme hospitalière et la restructuration de la direction nationale de la santé publique avec un accent particulier sur le renforcement des capacités des structures périphériques, l’intégration de la lutte contre la maladie, il est vite apparu nécessaire de créer un centre couvrant un plus large spectre de maladies, en vue de mieux renforcer les capacités.
La nécessité donc de disposer d’une structure centrale d’appui aux services de santé périphériques à travers la formation continue et la recherche-action en matière de maladies prioritaires (VIH/SIDA, paludisme, et maladies cibles du Programme élargi de vaccination), émergentes, (Ebola, fièvre de la vallée de Rift, dengue hémorragique) et réémergentes  (trypanosomiase humaine africaine, onchocercose et tuberculose) et autres maladies transmissibles constituant un problème de santé publique, était dès lors souhaitée afin de préserver les acquis dans ce domaine, mais aussi de disposer d’une capacité adéquate de réponse à toute épidémie ou résurgence de maladies auparavant maîtrisées.


L’appui du CNAM à la lutte contre la maladie se fera surtout par des interventions stratégiques à savoir  l’élaboration et la mise en place de stratégies et d’outils de dépistage, de prévention des épidémies et de contrôle des maladies transmissibles.  La mise en place d’un «Pôle d’excellence» de surveillance, de formation et de recherche sur les maladies transmissibles et les maladies de la peau. Le développement de la recherche vaccinale nationale (essais au laboratoire et de terrain) sur les maladies transmissibles. Le CNAM a plusieurs projets de recherche sur la grippe aviaire, la Filariose, Leishmaniose et la Foresa.

Site officiel du CNAM.

Nana S. Haidara

Mise à jour le Mardi, 14 Octobre 2008 14:03
 
Dernière mise à jour, le Mardi 18 Novembre 2014 à 11:50
Ministère de la Santé à travers l'ANTIM, Lauréat de TIGA 2009
 
canakkale canakkale canakkale truva search canakkale vergi mevzuati bagimsiz denetim bagimsiz denetim web security ozurluler bilisim teknoloji sgk bagimsiz denetim bagimsiz denetim