Javascript must be enabled in your browser to use this page.
Please enable Javascript under your Tools menu in your browser.
Once javascript is enabled Click here to go back to The Home of Joomla
Un peuple-Un But-Une Foi
Pour tout renseignement sur le virus EBOLA, appeler les numéros verts suivants: 80 00 88 88 (Malitel) ou 80 00 77 77 (Orange Mali).
23 - 10 - 2018
MINISTERE
Présentation
Organigramme
Services généraux
Documents politiques
Documents standards
Les Ministères du Mali
ACTUALITES
Ateliers
Discours
Actu Santé
Séminaires
Communiqués
Offres d’emploi
Rapports d'activité
Inscription
ANNUAIRES
Carte Sanitaire
Annuaire structures
Annuaires statistiques
LEGISLATION
Introduction
Index textes
Textes généraux
Services centraux
Services rattachés
Services régionaux
Services personnalisés
Liens utiles
 
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
 
MALARIA RESEARCH AND TRAINING CENTER MRTC PDF Imprimer Envoyer
Le Centre de recherche et de formation sur le paludisme (sigle anglais : MRTC) de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odontostomatologie (FMPOS) de l’Université de Bamako, est l’un des plus grands centres de recherche en Afrique avec une excellence dans le domaine de l’épidémiologie et de la biologie des vecteurs et des parasites  du paludisme et d’autres maladies à transmission vectorielle comme les leishmanioses, les filarioses, les arboviroses et les maladies transmises par les tiques.
Le MRTC a été créé en 1992 dans le cadre d’un partenariat entre la FMPOS, les Instituts Nationaux de Santé des Etats-Unis (NIAID/NIH) avec le support d’autres partenaires comme l’Université de Rome (La Sapienza), la Fondation Rockefeller et de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS). Le centre s’est agrandi en développant des collaborations avec plusieurs universités et institutions de recherche à travers le monde.
De sa création en 1992 jusqu’en 2001, le MRTC a été dirigé par le Professeur Yéya Tiémoko Touré qui est actuellement en fonction à l’Organisation Mondiale de la Santé à Genève, Suisse.
De 2002 à nos jours, le MRTC est codirigé par les Professeurs Ogobara Doumbo et Sékou Fantamady Traore. Le centre est constitué de deux principales entités :
- Le Département d’Entomologie médicale et des maladies à transmission vectorielle (DMEVE/MRTC), dirigé par le Professeur Sékou Fantamady Traoré ;
- Le Département de parasitologie et des essais de vaccins antipaludiques (DEAP/MRTC) dirigé par le Professeur Ogobara Doumbo.
Le MRTC collabore avec ses partenaires pour le développement des méthodes et  des stratégies appropriées de lutte contre le paludisme et les autres maladies à transmission vectorielle citées ci-dessus. Le MRTC applique les méthodes et les techniques de pointe pour étudier ces affections.
Avec l’expansion de la collaboration entre l’Université de Bamako et le NIAID/NIH au VIH-SIDA/tuberculose (Centre de recherche SEREFO), le Centre International d’Excellence en Recherche (ICER), a été crée en 2002. L’ICER regroupe les  trois centres de recherche (DEAP/MRTC, DEMEVE/MRTC et le SEREFO).
Sur le plan administratif et financier, les trois entités sont indépendantes mais collaborent étroitement. Elles sont toute trois sous la tutelle de la FMPOS.
Les missions du MRTC sont entre autres de:
- Former les scientifiques maliens et étrangers dans le domaine de l’entomologie médicale, de la parasitologie, et de l’épidémiologie des maladies à transmission vectorielles
- Conduire des recherches fondamentales et opérationnelles sur les maladies à transmission vectorielle  dont les résultats permettent une meilleure gestion de ces maladies basée sur l’évidence,
- Tester les nouvelles stratégies de contrôle des maladies à transmission vectorielle
- Maintenir et renforcer la formation et les capacités de recherche de la FMPOS et des autres structures de recherche
- Fournir un appui technique aux programmes nationaux de lutte contre les maladies et à  d’autres organisations impliquées dans les activités de lutte contre des maladies à transmission vectorielle,
- Contribuer à l’effort international de développement et d’essais vaccinaux contre les maladies parasitaires importantes en santé publique
- Faciliter l’établissement de réseaux de recherche sur les maladies à transmission vectorielle entre les scientifiques africains et leurs partenaires internationaux.
- Maintenir et élargir les programmes de collaboration avec le NIH et les instituts de recherche et/ou académiques d’autres pays.
Les capacités en ressources humaines du DMEVE/MRTC
Le DMEVE/MRTC est composé de chercheurs de différents profiles possédant un ou deux doctorats et d’autres titres universitaires.
Chercheurs seniors
- Sékou Fantamady Traore, MSc, Ph.D, Entomologie médicale, Directeur du département
- Seydou Doumbia, MD, Ph.D., Epidémiologie, Directeur adjoint du département
- Abdoulaye Mohamed Toure, MD, PhD, Entomologie moléculaire
- Guimogo Dolo, MSc, Ph.D, Entomologie moléculaire.
- Djibril Sangaré, MSC, PhD, Entomologie moléculaire
- Mamadou B Coulibaly, PharmD, PhD, Génétique moléculaire
- Nafomon Sogoba, MSc, PhD, Epidémiologie, système d’information géographique
- Mahamadou Diakité, PharmD, Ph.D., Immunogénomique
- Aldiouma Guindo, PharmD, Ph.D, Hematogénétique
- Yaya Coulibaly, MD, MPH, Epidémiologie, Filariose
- Mahamoudou B.Touré, MD, MSc, Epidémiologie
-  
Chercheurs juniors
- 5 Msc (3 entomologistes, 1 entomologiste moléculaire, 1 biochimiste) Lister
- 5 MD et 1 PharmD : tous sortants de la FMPOS
- 5 licences entomologie : tous sortants de l’université de Bamako
Infrastructures et équipements
Le DMEVE/MRTC est composé de plus d’une dizaine de laboratoires   situés au sein de la FMPOS au Point-G, Bamako. En outre, il dispose de stations de recherche à Tieneguebougou (Kolokani), Doneguebougou et Bancoumana (Kati).
Le DMEVE/MRTC dispose de trois insectariums pour l’élevage des moustiques destinés à la recherche expérimentale et deux salles de cultures de parasites. Tous les laboratoires sont dotés de matériel et d’équipements modernes couplés de technologies de pointe (une vingtaine de machine PCR,  deux machines Real Time PCR, deux séquenceurs, un nanodrop, 4 lecteurs d’ELISA, 6 Hottes, un spectrophotomètre, 4 microscopes à contraste de phase, un microscope à fluorescence, 6 incubateurs à CO2, une autoclave, une dizaine d’unités GPS et de PDA, une dizaine de congélateurs (-20 et -80 dégrées C).
Il possède plus de 120 desktops (Pentium 4 et +) et plus de 40 Laptops. Tous les ordinateurs sont connectés à l’Internet à travers le NIH aux Etats-Unis. Il a été installé les nouvelles versions de logiciels sur tous les ordinateurs. La connexion à haut débit à l’Internet est assurée via un satellite (V-SAT) avec connexion directe avec le NIH.
Deux groupes électrogènes (35 KVA et 110 KVA) ont été installés pour pallier aux coupures d’électricité bien que l’électricité soit relativement stable à Bamako.
Le MRTC/DMEVE possède aussi une villa des hôtes (Guest-house) « Chez-Gwadz) avec huit chambres climatisées, 1 chambre d’Internet, facilité de réfectoire et salon avec TV.

Le programme du MRTC/DMEVE inclue entre autre les unités suivantes :
1. Unité d’écologie moléculaire des vecteurs du paludisme
2. Unité d’interaction hôte-parasite 
3. Unité de biologie moléculaire et de transgénique des vecteurs du paludisme 
4. Unité de génomiques et protéomique des vecteurs
5. Unité d’Immunogénomique humaine et du parasite du paludisme
6. Unité pathogenèse du paludisme
7. Unité Filariose
8. Unité de leishmaniose
9. Unité d’acariologie
10. Unité de système d’information géographique (GIS/GPS)
11. Unité de Bioinformatiques 
Résumé des activités de recherche
Les Unités d’écologie moléculaire des vecteurs du paludisme et d’interaction hôte-parasite
Elles s’occupent des questions de recherche sur la diversité phénotypique des espèces de vecteur, leur capacité adaptative à l’environnement et aux moyens de lutte, leur contribution à la transmission et les conséquences épidémiologiques. Comme résultats saillants, on peut citer entre autres, la distribution des formes génétiques et moléculaires des vecteurs du paludisme en fonction des sites écologiques. L’Anopheles arabiensis et la forme M d’Anopheles gambiae s.s. prédominent dans les zones inondées de l’Office et du delta du Niger  et dans les zones arides. Nos recherches ont montré que ces formes ont des comportements différents vis-à-vis des gènes de résistance (kdr) aux insecticides pyréthroide. Ces gènes de résistance (kdr) a été retrouvé en abondance dans les zones agricoles où l’utilisation des pesticides est fréquente (zone CMDT, zone Office du Niger).
Nos recherches portent également sur l’étude des gènes des moustiques qui bloqueraient le développement du parasite et qui rendent le moustique réfractaire à la transmission du paludisme. Nous avons identifiés un certain nombre de gènes qui pourraient être ciblés pour le développement des moustiques génétiquement modifiés ne pouvant pas transmettre le paludisme.
L’Unité de leishmaniose
La leishmaniose est une maladie parasitaire causée par un protozoaire flagellé appelé leishmanie. Le parasite est transmis par un vecteur arthropode, communément appelée la mouche des sables ou phlébotome. Le parasite cause une panoplie de manifestations cliniques allant de la forme cutanée à la forme viscérale fatale en passant par des exacerbations inflammatoires causant de graves défigurations. Seule la forme cutanée a été rapportée au Mali mais reste peu connue des prestataires cliniques. La LC constitue environ 7 consultations dermatologiques sur 1000 au CNAM mais ces cas généralement référés en milieu hospitalier ne permettent pas de déterminer l’étendue de la distribution de la maladie au Mali
Notre équipe utilise une approche multidisciplinaire entomologique, clinique, et épidémiologique de la leishmaniose cutanée (LC) pour étudier cette affection dans le but de fournir des données de base pour le développement et l’essai d’un vaccin contre la leishmaniose cutanée basé sur les protéines des glandes salivaires des phlébotomes (vecteurs de la maladie).
Nous avons identifié 14 espèces de phlébotomes dans les villages de Sougoula et Kemena (cercle de Baroueli). Seul P. duboscqi, a été retrouvé comme vecteur de la LC dans la zone. Le parasite L. major  est la seule responsable de la maladie (seule espèce présente chez le vecteur et chez l’homme). La prévalence de base d’exposition à L. major (Test cutané à la leishmanine positif) variait de 20 à 45%. Les taux annuel d'incidence d’exposition au parasite L. major varient de 6 à 19%. La distribution des cas cliniques s’étend essentiellement dans la bande sahélienne de Kayes à Tombouctou/Gao en passant par Koulikoro et Ségou.
Unité de recherche et de formation sur la filariose lymphatique

La filariose lymphatique (FL) est une maladie parasitaire due à Wuchereria bancrofti (dans plus de 90% des cas) et à Brugia malayi  et/ou Brugia timori. Elle est l'une des maladies tropicales négligées et est endémique dans toutes les 8 régions administratives du Mali. Sous sa forme chronique, les manifestations cliniques les plus communes sont l’hydrocèle et l'éléphantiasis qui causent des handicaps. Il est transmis par les mêmes vecteurs du paludisme au Mali (Anopheles gambiae s.l. et Anopheles  funestus).
L'Unité de Filariose Lymphatique travaille sur les helminthes comme Wuchereria bancrofti et Mansonella perstans en collaboration avec l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le Programme National d'Elimination de la Filariose Lymphatique (PNEFL) et les Instituts Nationaux de la Santé des Etats Unis d’Amériques (Section d'immunologie des helminthes) pour l’évaluation des stratégies de traitement et l’étude des mécanismes  pathologiques de la FL. Nos recherches portent également sur l’étude de la  coinfection Plasmodium falciparum et Wuchereria bancrofti ainis que ses implications cliniques, épidémiologiques et immunologiques.
Nous avons effectué des essais cliniques randomisés du traitement avec la doxycycline (200 mg par jour pendant 6 semaines) au Mali. Ces études ont montré l’innocuité et efficacité du traitement avec la doxycycline avec ou sans l’albendazole/ivermectine en dose unique pour le traitement de l'infection à Mansonella perstans. L’évaluation de l’effet dose de l'albendazole sur l’élimination des microfilaires de Wuchereria bancrofti en essai randomisé ouvert en en cours.

Unité de Génomique et de Protéomique des vecteurs

L'ère de la génomique offre de nouvelles opportunités de recherches dans le monde entier et fournit aux chercheurs de nouveaux outils pour mieux répondre à leurs questions scientifiques. Par conséquent les programmes de lutte contre les maladies ont pu bénéficier de plus d'information génétique afin de développer de nouvelles stratégies. De nos jours les technologies comme le séquençage et les micro-arrays produisent des tonnes de données à travers des projets impliquant des scientifiques africains. Notre centre d’intérêt principal est basé sur l’étude de l’expression et de la fonction des gènes chez les vecteurs de maladie.
Nous étudions actuellement l’expression génétique associée au repas sanguin et à l’infection due au Plasmodium falciparum chez Anopheles funestus, le second vecteur majeur du paludisme au Mali. Nous avons établis une banque d’ADNc à partir de l’ARN extrait. Vingt mille (20 000) clones seront séquencés de cette banque. Ces séquences seront utilisées pour fabriquer une bio-puce pour des analyses de l’expression des gènes en utilisant le micro-array.
Unité de Bioinformatique

La bioinformatique est une discipline multidisciplinaire qui fait intervenir la biologie, les mathématiques, la physique et l’informatique pour résoudre des problèmes complexes de biologie. Cette discipline offre la possibilité aux scientifiques du domaine des maladies tropicales, de mieux comprendre le rôle des gènes impliquées dans la transmission des maladies tropicales comme le paludisme, la leishmaniose, la filariose, la fièvre jaune, la trypanosomiase humaine etc...Cette unité est le fruit d’un partenariat avec le NIH qui a financé l’équipement et l’aménagement de la salle bioinformatiques. 
L’équipement de la nouvelle Unité comprend 10 ordinateurs connectés à l’Internet via le réseau du NIH à l’aide d’une antenne VSAT. Cette connexion permet un accès direct aux différentes banques de données de séquences (Genebank, Swissprot, etc..). L’ensemble des ordinateurs installés dans la salle bioinformatique sont dotés de logiciels d’analyse et de visualisations (Apollo, Anthémis, Blast, Dnastar, Bioedit, etc…) des séquences d’acide nucléiques et de protéines.
Cette unité appuie les activités du Centre Africain de formation sur la Génomique fonctionnelle des Insectes Vecteurs de Maladies. Les formations qui y seront dispensées porteront sur la recherche des fonctions des gènes ou annotation fonctionnelle de gènes impliquées dans les mécanismes d’interaction entre insecte vecteur et parasite en vue de contribuer à une utilisation rationnelle de données de séquences générées après le séquençage complet des génomes d’organismes comme l’Anopheles gambiae et Plasmodium falciparum (vecteur et parasite) du paludisme en Afrique.

Centre Africain de Formation sur la Génomique Fonctionnelle des Insectes Vecteurs de Maladies crée avec l’appuie de l’OMS/TDR et le NIAID/NIH :
Ce centre a contribué à former des chercheurs africains et internationaux a travers des séries de workshops sur l’utilisation des outils de bioinformatique et l’analyse de la fonction des gènes des vecteurs de maladies.
De 2004 à 2008, environ 80 chercheurs Africains et d’ailleurs ont  suivis des formations de courte et de moyenne durée au Mali.
Unité de recherche en Immunogénomique et en parasitologie

Actuellement, nous menons une « étude sur les résistances innée et acquise au paludisme à P. falciparum au Mali ». Nous travaillons à la fois sur l’immunologie et la génétique de l’infection à P. falciparum dans différentes localités du Mali.

Résistance génétique au paludisme à P. falciparum

Nous avons démontré que les hémoglobines (Hb) C, HbS et l’alpha-thalassémie protègent contre le paludisme sévère à P. falciparum au Mali. En altérant l’expression du facteur principal de virulence du parasite et le ligand de cytoadhérence, ces 3 hémoglobinopathies inhibent la capacité des hématies infectées à adhérer aux cellules endothéliales microvasculaires et aux monocytes, deux interactions impliquées dans la pathogenèse du paludisme sévère.

Immunité innée et acquise au paludisme à P. falciparum

Les composants du système immunitaire inné (par exemple, les TLR) constituent la première ligne de défense contre les infections microbiennes et un aperçu de la nature et de l’échelle de la réponse immunitaire adaptative. Les épisodes palustres sont associés à une augmentation significative dans le sérum, du taux des cytokines proinflammatoires, lesquelles sont supposées aider à l’élimination des parasites, mais contribuent aussi à la réponse inflammatoire qui entraîne la maladie.
Actuellement, nous menons des activités de recherche afin de (1) déterminer si les polymorphismes de l’hémoglobine (Hb) ou du globule rouge (GR) protègent contre l’accès palustre et l’anémie palustre ; (2) démontrer qu’il y a des différences associées à l’âge dans la réponse immunitaire in-vitro des leucocytes exposés aux ligands de P. falciparum dans le système inné.
Unité de recherche des systèmes d’information géographique d’épidémiologie et de lutte contre les maladies

L’épidémiologie des maladies infectieuses dépend typiquement de la répartition géographique de leurs vecteurs, qui aussi est limitée par les conditions environnementales. Le grand spectre de la transmission et de l’épidémiologie de ces maladies résultent de l'hétérogénéité dans la  population de vecteurs et de l’environnement. Ceci souligne le besoin d'adresser les défis de leur contrôle avec des stratégies de lutte spécifiques, adaptées aux conditions locales et aux différents modes de transmission de ces maladies. La réussite d’une telle stratégie exige une bonne stratification des zones d’intervention dans le temps et dans l’espace qui doit être basées sur les systèmes d’information géographiques et de positionnement global.
Notre unité utilise les SIG et de la télédétection pour faire avancer les connaissances dans le domaine de l’épidémiologie spatiale et de la lutte contre les maladies. Les objectifs étant :  (1) identifier les facteurs environnementaux qui expliquent les variations dans la transmission des maladies et la distribution de leurs vecteurs à l’échelle du village et du pays ; (2) modéliser cette relation pour prédire les risques de la transmission des maladies dans les localités où des études n’ont pas été effectuées ; (3) développer et tester de nouvelles méthodes de lutte contre les vecteurs du paludisme au Mali ; (4) apporter une assistance technique aux autres groupes de recherche du MRTC dans le domaine de la cartographie ; et (5) et apporter un appui technique aux programmes nationaux de lutte contre les maladies au Mali.
Nous étudions présentement les mécanismes de survies des moustiques pendant la saison sèche et comment ces mécanismes pourraient servir la lutte antivectorielle. Nous avons récemment trouvé que les flaques d’eau le long du fleuve Niger dans la zone de Bancoumana servait de gites pour les moustiques pendant la saison sèche, ce qui expliquerait la présence d’une forte densité de moustiques dans les hameaux de pèches le long du fleuve pendant cette période sèche. Par contre dans les villages distants du fleuve comme Bancoumana, les densités de moustiques vecteurs sont extrêmes faibles pendant la saison sèche. Les gites permanents existant tout au long de la saison sèche contribuent à la prolifération des moustiques  dès la tombée des premières pluies hivernales dans les villages avoisinants le fleuve. Ces études nous ont permis de proposer une stratégie de lutte antivectorielle basée sur la pulvérisation intradomiciliaire d’insecticides dans les hameaux riverains pendant la saison sèche pour réduire significativement la prolifération des moustique à la tombée des pluies, et par conséquent réduire la transmission du paludisme dans   les zones à situation similaire au Mali.
Les supports aux activités du Programme National de Lutte contre le paludisme :
La pulvérisation intra domiciliaire d’insecticides dans les cercles de Bla et de Koulikoro
La direction nationale du programme de lutte contre le paludisme du Mali, avec l’appui de l’agence internationale pour le développement des Etats-Unis (USAID) à travers le President’s Malaria Initiative (PMI) conduit actuellement  la PID dans deux cercles : Bla et Koulikoro. Notre département a effectuées des recherches opérationnelles sur les niveaux de résistances des moustiques aux insecticides et contribuer au choix des insecticides à utiliser pour le PID au Mali.
Les résultats de nos recherches ont montré qu’il n’y avait pas de résistance aux insecticides proposés pour les PID au Mali (lambda-cyhalothrine et bendiocarbe) et cela aussi bien à Bla qu’a Koulikoro. Cependant les résultats du génotypage ont montré la présence du gène kdr (marqueur moléculaire de la résistance aux insecticides) dans la population de moustiques des deux cercles même si la fréquence était faible. Ceci met un accent sur le besoin d’un suivi régulier de l’évolution de la sensibilité des moustiques. A la lumière de ces enquêtes de bases les recommandations suivantes ont été faites pour la PID à Bla et à Koulikoro en 2008 :

1. l’utilisation de la lambda-cyhalothrine  à la dose de 30mg/m2 puisque c’est clair dans la législation malienne que la molécule peut être utilisée
2. l’utilisation du bendiocarbe comme suppléant puisqu’il faudra d’amples informations sur son homologation au Mali.
Nous assistons également le programme dans le suivie et l’évaluation de l’efficacité du PID à travers les enquêtes entomologiques.   

Quelques publications du DMEVE/MRTC Sur les quatre dernières années, 2005-2008
2008
Crompton PD, Traore B, Kayentao K, Doumbo S, Ongoiba A, Diakite SA, Krause MA,
Doumtabe D, Kone Y, Weiss G, Huang CY, Doumbia S, Guindo A, Fairhurst RM, Miller
LH, Pierce SK, Doumbo OK.
Sickle Cell Trait Is Associated with a Delayed Onset of Malaria: Implications for
Time-to-Event Analysis in Clinical Studies of Malaria.
J Infect Dis. 2008;198(9):1265-1275.
Dao A, Adamou A, Yaro AS, Maïga HM, Kassogue Y, Traoré SF, Lehmann T.
Assessment of alternative mating strategies in Anopheles gambiae: Does mating
occur indoors?
J Med Entomol. 2008;45(4):643-52.
Medina DC, Findley SE, Doumbia S.
State-Space Forecasting of Schistosoma haematobium Time-Series in Niono, Mali.
PLoS Negl Trop Dis. 2008;2(8):e276.
Keiser PB, Coulibaly Y, Kubofcik J, Diallo AA, Klion AD, Traoré SF, Nutman TB.  Molecular identification of Wolbachia from the filarial nematode Mansonella perstans.
Mol Biochem Parasitol. 2008;160(2):123-8.
Auburn S, Diakite M, Fry Ae, Ghansah A, Campino S, Richardson A, Jallow M, Sisay-Joof F, Pinder M, Griffiths Mj, Peshu N, Williams Tn, Marsh K, Molyneux Me, Taylor Te, Koram Ka, Oduro Ar, Rogers Wo, Rockett Ka, Haldar K, Kwiatkowski Dp.
Association of the GNAS locus with severe malaria
Hum Genet. 2008 Oct 26. [Epub ahead of print]
Manoukis NC, Powell JR, Touré MB, Sacko A, Edillo FE, Coulibaly MB, Traoré SF,
Taylor CE, Besansky NJ.
 A test of the chromosomal theory of ecotypic speciation in Anopheles gambiae.
Proc Natl Acad Sci U S A. 2008;105(8):2940-5.
Fry Ae, Auburn S, Diakite M, Green A, Richardson A, Wilson J, Jallow M, Sisay-Joof F, Pinder M, Griffiths Mj, Peshu N, Williams Tn, Marsh K, Molyneux Me, Taylor Te, Rockett Ka, Kwiatkowski Dp.
Variation in the ICAM1 gene is not associated with severe malaria phenotypes
Genes Immun. 2008;9(5):462-9.
Sogoba N, Vounatsou P, Bagayoko MM, Doumbia S, Dolo G, Gosoniu L, Traore SF,
Smith TA, Toure YT.
Spatial distribution of the chromosomal forms of anopheles gambiae in Mali.
Malar J. 2008;7(1):205.
Ranque S, Poudiougou B, Traoré A, Keita M, Oumar Aa, Safeukui I, Marquet S, Cabantous S, Diakité M, Mintha D, Cissé Mb, Keita Mm, Dessein Aj, Doumbo Ok.
Life-threatening malaria in African children: a prospective study in a mesoendemic urban setting
Pediatr Infect Dis J. 2008;27(2):130-5.
Winch PJ, Doumbia S, Kanté M, Malé AD, Swedberg E, Gilroy KE, Ellis AA, Cissé
G, Sidibé B.
Differential community response to introduction of zinc for childhood diarrhea
and combination therapy for malaria in southern Mali.
J Nutr. 2008;138(3):642-5.
Fry Ae, Griffiths Mj, Auburn S, Diakite M, Forton Jt, Green A, Richardson A, Wilson J, Jallow M, Sisay-Joof F, Pinder M, Peshu N, Williams Tn, Marsh K, Molyneux Me, Taylor Te, Rockett Ka, Kwiatkowski Dp.
Common variation in the ABO glycosyltransferase is associated with susceptibility to severe Plasmodium falciparum malaria
Hum Mol Genet. 2008;17(4):567-76
Medina DC, Findley SE, Doumbia S., State-Space Forecasting of Schistosoma haematobium Time-Series in Niono, Mali. PLoS Negl Trop Dis. 2008;2(8):e276
Reimer L, Fondjo E, Patchoké S, Diallo B, Lee Y, Ng A, Ndjemai HM, Atangana J,
Traore SF, Lanzaro G, Cornel AJ.
Relationship between kdr mutation and resistance to pyrethroid and DDT
insecticides in natural populations of Anopheles gambiae.
J Med Entomol. 2008;45(2):260-6.
Winch PJ, Gilroy KE, Doumbia S, Patterson AE, Daou Z, Diawara A, Swedberg E,
Black RE, Fontaine O; Mali Zinc Pilot Intervention Study Group.
Operational issues and trends associated with the pilot introduction of zinc for
childhood diarrhoea in Bougouni district, Mali.
J Health Popul Nutr. 2008;26(2):151-62.
2007
Doumbia S, Chouong H, Traore SF, Dolo G, Touré AM, Coulibaly M. Establishing an insect disease vector functional genomics training center in Africa. Afr J Med Med Sci. 2007; 36 Suppl:31-3.
Ntoumi F, Kwiatkowski Dp, Diakité M, Mutabingwa Tk, Duffy Pe.
New interventions for malaria: mining the human and parasite genomes
Am J Trop Med Hyg. 2007;77(6 Suppl):270-5
Nashiru O, Huynh C, Doumbia S, Kissinger JC, Isokpehi RD, Olorunsogo OO.
Building bioinformatics capacity in West Africa.
Afr J Med Med Sci. 2007;36 Suppl:15-8.
Dunstan Sj, Hue Nt, Rockett K, Forton J, Morris Ap, Diakite M, Lanh Mn, Phuong Lt, House D, Parry Cm, Vinh H, Hieu Nt, Dougan G, Hien Tt, Kwiatowski D, Farrar Jj.
A TNF region haplotype offers protection from typhoid fever in Vietnamese patients
Hum Genet. 2007;122(1):51-61
Dicko A, Sagara I, Diemert D, Sogoba M, Niambele MB, Dao A, Dolo G, Yalcouye
D, Diallo DA, Saul A, Miller LH, Toure YT, Klion AD, Doumbo OK.
Year-to-year variation in the age-specific incidence of clinical malaria in two
potential vaccine testing sites in Mali with different levels of malaria
transmission intensity.
Am J Trop Med Hyg. 2007;77(6):1028-33.
Wang-Sattler R, Blandin S, Ning Y, Blass C, Dolo G, Touré YT, delle Torre A,
Lanzaro GC, Steinmetz LM, Kafatos FC, Zheng L.
Mosaic genome architecture of the Anopheles gambiae species complex.
PLoS ONE. 2007;2(11):e1249.
Chokshi Da, Thera Ma, Parker M, Diakite M, Makani J, Kwiatkowski Dp, Doumbo Ok
Valid Consent for Genomic Epidemiology in Developing Countries
PLoS Med (2007) 4(4): e95 doi:10.1371/journal.pmed.0040095
Natividad A, Hanchard N, Holland Mj, Mahdi Os, Diakite M, Rockett K, Jallow O, Joof Hm, Kwiatkowski Dp, Mabey Dc, Bailey Rl.
Genetic variation at the TNF locus and the risk of severe sequel of ocular Chlamydia trachomatis infection in Gambians
Genes Immun. 2007;8(4):288-95
Sogoba N, Doumbia S, Vounatsou P, Baber I, Keita M, Maiga M, Traore SF, Toure A, Dolo G, Smith T, Ribeiro JM. Monitoring of larval habitats and mosquito densities in the Sudan Savanna of Mali: implications for malaria vector control. Am J Trop Med Hyg. 2007;77:82-8.
Coulibaly MB, Lobo NF, Fitzpatrick MC, Kern M, Grushko O, Thaner DV, Traoré
SF, Collins FH, Besansky NJ.
Segmental duplication implicated in the genesis of inversion 2Rj of Anopheles
gambiae. PLoS ONE. 2007;2(9):e849.
Sogoba N, Vounatsou P, Doumbia S, Bagayoko M, Toure MB, Sissoko IM, Traore SF, Toure YT, Smith T. Spatial analysis of malaria transmission parameters in the rice cultivation area of Office du Niger, Mali. Am J Trop Med Hyg. 2007;76:1009-15.
Sogoba N, Doumbia S, Vounatsou P, Bagayoko MM, Dolo G, Traore SF, Maiga HM, Toure YT, Smith T. Malaria transmission dynamics in Niono, Mali: the effect of the irrigation systems. Acta Trop. 2007;101(3):232-40.
Sogoba N, Vounatsou P, Bagayoko MM, Doumbia S, Dolo G, Gosoniu L, Traore SF,
Toure YT, Smith T. 
The spatial distribution of Anopheles gambiae sensu stricto and An. arabiensis
(Diptera: Culicidae) in Mali.
Geospat Health. 2007;1(2):213-22.
Diuk-Wasser MA, Touré MB, Dolo G, Bagayoko M, Sogoba N, Sissoko I, Traoré SF,
Taylor CE.
Effect of rice cultivation patterns on malaria vector abundance in rice-growing
villages in Mali.
Am J Trop Med Hyg. 2007;76(5):869-74.
Medina DC, Findley SE, Guindo B, Doumbia S. Forecasting non-stationary diarrhea, acute respiratory infection, and malaria time-series in Niono, Mali. PLoS ONE. 2007;2(11):e1181.
2006
Yaro AS, Dao A, Adamou A, Crawford JE, Ribeiro JM, Gwadz R, Traoré SF, Lehmann T. The distribution of hatching time in Anopheles gambiae. Malar J. 2006;5:19.
Kato H, Anderson JM, Kamhawi S, Oliveira F, Lawyer PG, Pham VM, Sangare CS,Samake S, Sissoko I, Garfield M, Sigutova L, Volf P, Doumbia S, Valenzuela JG. High degree of conservancy among secreted salivary gland proteins from two geographically distant Phlebotomus duboscqi sandflies populations (Mali and Kenya).BMC Genomics, 2006;7:226.
Coulibaly Y I, Dao S, Traore A K, Diallo A, Sacko M, Traoré SF. La présence et le risque de transmission de Wuchereria bancrofti est une réalité en milieu rural au Mali : le cas du village de Banambani dans le Cercle de Kati, Mali Médical 2006;11(1):12-17.
Yaro AS, Dao A, Adamou A, Crawford JE, Traoré SF, Touré AM, Gwadz R, Lehmann
T.  Reproductive output of female Anopheles gambiae (Diptera: Culicidae): comparison
of molecular forms. J Med Entomol. 2006;43(5):833-9.
Semnani RT, Keiser PB, Coulibaly YI, Keita F, Diallo AA, Traore D, Diallo DA, Doumbo OK, Traore SF, Kubofcik J, Klion AD, Nutman TB. Filaria-induced monocyte dysfunction and its reversal following treatment. Infect Immun. 2006;74(8):4409-17.
Keita AD, Kane M, Doumbia S, Coulibaly Y, Traore S, Toure AY, Diallo AK,
Toure AA, Traore I. [Contribution of ultrasound in the diagnosis of the complications of
intramuscular injection in children]
Bull Soc Pathol Exot. 2006;99(1):5-8.
 Hanchard N, Diakite M, Koch O, Keating B, Pinder M, Jallow M, Sisay-Joof F, Nijnik A, Wilson J, Udalova I, Kwiatkowski D, Rockett K.
Implications of inter-population linkage disequilibrium patterns on the approach to a disease association study in the human MHC class III
Immunogenetics, 2006;58(5-6):465-70
Diuk-Wasser MA, Dolo G, Bagayoko M, Sogoba N, Toure MB, Moghaddam M, Manoukis N, Rian S, Traore SF, Taylor CE.
Patterns of irrigated rice growth and malaria vector breeding in Mali using
multi-temporal ERS-2 synthetic aperture radar.
Int J Remote Sens. 2006;27(3):535-548.
Gosoniu L, Vounatsou P, Sogoba N, Smith T.
Bayesian modelling of geostatistical malaria risk data.
Geospat Health. 2006;1(1):127-39.
Yena S, Doddoli C, Doumbia S, D'journo XB, Aragon A, Mondini M, Marghli A,
Thomas P, Giudicelli R, Sangare D, Soumare S, Fuentes P.
[Bronchial fistula postpneumonectomy: predictive factors]
Ann Chir. 2006;131(1):22-6.
Gemperli A, Sogoba N, Fondjo E, Mabaso M, Bagayoko M, Briet OJ, Anderegg D, Liebe J, Smith T, Vounatsou P. Mapping malaria transmission in West and Central Africa. Trop Med Int Health. 2006;11(7):1032-46
Patterson AE, Winch PJ, Gilroy KE, Doumbia S.
Local terminology for medicines to treat fever in Bougouni District, Mali:
implications for the introduction and evaluation of malaria treatment policies.
Trop Med Int Health. 2006;11(10):1613-24.
Edillo FE, Tripét F, Touré YT, Lanzaro GC, Dolo G, Taylor CE.
Water quality and immatures of the M and S forms of Anopheles gambiae s.s. and
An. arabiensis in a Malian village.
Malar J. 2006;5:35.
Slotman MA, Mendez MM, Torre AD, Dolo G, Touré YT, Caccone A.
Genetic differentiation between the BAMAKO and SAVANNA chromosomal forms of
Anopheles gambiae as indicated by amplified fragment length polymorphism
analysis.
Am J Trop Med Hyg. 2006;74(4):641-8.
Gemperli A, Vounatsou P, Sogoba N, Smith T.
Malaria mapping using transmission models: application to survey data from Mali.
Am J Epidemiol. 2006;163(3):289-97. 
Riehle MM, Markianos K, Niaré O, Xu J, Li J, Touré AM, Podiougou B, Oduol F,
Diawara S, Diallo M, Coulibaly B, Ouatara A, Kruglyak L, Traoré SF, Vernick KD.
 Natural malaria infection in Anopheles gambiae is regulated by a single genomic
control region. Science. 2006;312(5773):577-9
Slotman MA, Tripet F, Cornel AJ, Meneses CR, Lee Y, Reimer LJ, Thiemann TC,
Fondjo E, Fofana A, Traoré SF, Lanzaro GC.
Evidence for subdivision within the M molecular form of Anopheles gambiae.
Mol Ecol. 2007;16(3):639-49.
Manoukis NC, Touré MB, Sissoko I, Doumbia S, Traoré SF, Diuk-Wasser MA,
Taylor CE.
Is vector body size the key to reduced malaria transmission in the irrigated region of Niono, Mali? J Med Entomol. 2006;43(5):820-7.
Winch PJ, Gilroy KE, Doumbia S, Patterson AE, Daou Z, Coulibaly S, Swedberg E,
Black RE, Fontaine O.
Prescription and administration of a 14-day regimen of zinc treatment for
childhood diarrhea in Mali.
Am J Trop Med Hyg. 2006;74(5):880-3.
2005
Gemperli A., Vounatsou P., Sogoba N., Smith T.: Malaria Mapping Using Transmission Models: Application to Survey Data from Mali Am J Epid 2005.
Diuk-Wasser MA, Toure MB, Dolo G, Bagayoko M, Sogoba N, Traore SF, Manoukis N,
Taylor CE.
Vector abundance and malaria transmission in rice-growing villages in Mali.
Am J Trop Med Hyg. 2005;72(6):725-31.
Keita AD, Toure M, Diawara A, Coulibaly Y, Doumbia S, Kane M, Doumbia D,
Sidibe S, Traore I.
[Epidemiological aspects of stroke in CT-scan department of the Point-G Hospital
in Bamako, Mali]
Med Trop. 2005;65(5):453-7.
Dicko A, Mantel C, Kouriba B, Sagara I, Thera MA, Doumbia S, Diallo M,
Poudiougou B, Diakite M, Doumbo OK.
 Season, fever prevalence and pyrogenic threshold for malaria disease definition
in an endemic area of Mali.
Trop Med Int Health. 2005;10(6):550-6.
Tarantola A, Koumaré A, Rachline A, Sow PS, Diallo MB, Doumbia S, Aka C, Ehui
E, Brücker G, Bouvet E; Groupe d'Etude des Risques d'Exposition des Soignants aux
agents infectieux (GERES).
A descriptive, retrospective study of 567 accidental blood exposures in
healthcare workers in three West African countries.
J Hosp Infect. 2005;60(3):276-82.
Keita AD, Toure M, Sissako A, Doumbia S, Coulibaly Y, Doumbia D, Kane M,
Diallo AK, Toure AA, Traore I.
[Value of computer tomography in the managment of brain injuries]
Med Trop. 2005;65(5):449-52.
Dolo A, Modiano D, Maiga B, Daou M, Dolo G, Guindo H, Ba M, Maiga H, Coulibaly
D, Perlman H, Blomberg MT, Touré YT, Coluzzi M, Doumbo O.
Difference in susceptibility to malaria between two sympatric ethnic groups in
Mali.
Am J Trop Med Hyg. 2005;72(3):243-8.
Mise à jour le Mercredi, 12 Novembre 2008 09:13
 
Dernière mise à jour, le Mardi 18 Novembre 2014 à 11:50
Ministère de la Santé à travers l'ANTIM, Lauréat de TIGA 2009
 
canakkale canakkale canakkale truva search canakkale vergi mevzuati bagimsiz denetim bagimsiz denetim web security ozurluler bilisim teknoloji sgk bagimsiz denetim bagimsiz denetim